Historique

2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009
Prélude
Session 2017
(7ème édition, du 24 au 27 mai)

Les résultats :

Classement de la course :

Classement Equipe Temps total
1 CN LA MEDUSE 10:30:00
2 TEAM RAIATEA (TAHITI) 10:36:01
3 CKCL (Les Sables d’Olonne) 10:43:35
4 TOULON VA’A (équipe 1) 10:44:24
5 ATN (TAHITI) 10:51:28
6 BELHARRA WATERMEN CLUB 10:52:52
7 C K BRESTOIS 11:10:37
8 SV VAULX EN VELIN 11:26:31
9 MARSEILLES MAZARGUES CK 11:37:38
10 ENTENTE CO VALBONNE / MARSEILLE / MAZARGUES 11:38:41
11 HONO’URA (TAHITI) 11:50:19
12 BREIZH POLYNESIA VA'A 12:13:18
13 MANU’URA 13 12:19:45
14 CSA VAA21 FREJUS 12:24:19
15 TOULON VA’A (équipe 2) 12:29:49
16 NTR VA’A RIO (BRESIL) 12:32:30
17 CK FONTENAY 13:13:12
18 CANOA BAHIA - ARRANCA POITA (SSA-BRASIL) 15:15:26
19 CANOA BAHIA - ARRANCA BARONESA (SSA–BRASIL) 15:15:38


Commission Nationale Océan Racing

PROCÈS-VERBAL DE COMPÉTITION :

COMPETITION : Compétition« Vendée Va ‘a » (Les Sables d’Olonne)
DATE : 25, 26 et 27 MAI 2017

Manche de Coupe de France Longue Distance Va’a 2017

Etape 1 : Départ 10 h30, Les Sables d’Olonne, puis une bouée dans la baie de Jard/mer, retour sur les Sables d’Olonne, (47 km).
Etape 2 : Départ 11 h 00, Les Sables d’Olonne, contournement du phare des Barges, Bouée des Petites Barges, Bouée sur Cayola, retour sur les Sables d’Olonne, (26 km).
Etape 3 : Départ à 11 h 00, Les Sables d’Olonne, Bouée dans l’ouest à 6 milles nautiques de la côte, contournement de Nouch Nord puis de Nouch Sud, nouvelle Bouée à 6 milles nautique de la coté, retour au 96° sur un voilier, retour sur les Sables d’Olonne, (55 km).

CONDITIONS METEOROLOGIQUES ET MAREES:
Première journée : Basse mer à 10h53, hauteur d’eau de 0,53 m, pleine mer à 17 h 21, hauteur d’eau à 5,38 m, Coefficient de 103, vent annoncé entre 5 à 15 nœuds de secteur S. Houle donnée par la météo à 0,40 m, pouvant montée à 1 m de secteur SW.
Deuxième journée : Basse mer à 11h41, hauteur d’eau de 0,38 m, pleine mer à 18 h 06, hauteur d’eau à 5,47 m, Coefficient de 107, le vent est de 5 à 10 nœuds de secteur S-E, Houle de 0,40 à 1 m de secteur SW.
Troisième journée : Basse mer à 12h30, hauteur d’eau de 0,38 m, pleine mer à 18 h 53, hauteur d’eau à 5,44 m, Coefficient de 106, le vent est de 5 à 15 nœuds, Houle de 0,80 m à 1,50 m de secteur W.

ORGANIGRAMME
Responsabilité d’Organisation : Denys REMY, Président de l‘association SAPOVAYE, organisatrice du Vendée Va’a, Structure Conventionnée de la FFCK
Directeur de course : Philippe VALLLEE
Responsable Sécurité : Xavier POIROT, assisté de Vincent LE DUAULT et de Gildas ABGRALL
32 bateaux en sécurité de 6 m à 12 m, soit plus d’une centaine de personnes embarquées sur les bateaux suiveurs en plus des 90 compétiteurs sur l’eau
Moyens de communication entre les bateaux : VHF 25 W, téléphone
Contrôle des inscriptions : Evelyne ALLAIN
Contrôle des bateaux : Juge Arbitre assisté de Yannaïck VANDAMME, Christophe MOREAU et Matthieu.
Procédure de départ : Claude GRELIER
Arrivée (chronométrage, contrôle) : Juge arbitre

DESCRIPTION DU PARCOURS :
Etape 1 (47 km)
Heure de départ : 10 h 30

Départ sur la plage (type 24 h du Mans) sur une ligne sur la plage pour rejoindre les pirogues avec les 5 équipiers prêts à partir en limite d’eau. Contournement d’une bouée de dégagement, pour parcours côtier à descendre au Sud Est. Passage près de Port Bourgenais puis passage prés du port de Jard/mer, Bouée à virer dans la Baie de Longeville sur Mer et retour sur ligne d’arrivée prévue sur la plage des Sables d’Olonne, face au village animation. Les bateaux accompagnateurs rejoignent Port-Olonna ainsi que les pirogues après prise en compte de leur arrivée et remise des prix aux trois premiers.
Etape 2 (26 km)
Heure de départ : 11 h 00

Départ sur la plage (type 24 h du Mans) sur une ligne sur la plage pour rejoindre les pirogues avec les 5 équipiers prêts à partir en limite d’eau. Parcours côtier avec contournement du phare des Barges, Bouée des Petites Barges, Bouée sur Cayola, et retour sur ligne d’arrivée prévue sur la plage des Sables d’Olonne, face au village animation.
Etape 3 (55 km)
Heure de départ : 11 h 00 Heure d’arrivée : 15 h 28 (1er), 17 h 23 (dernier)

Le départ de la troisième étape a été donné sur la plage après la prière. Les barreurs étant sur la plage, sur une ligne de départ entre deux fanions, le départ est donné avec une vingtaine de mètres à parcourir sur le sable pour rejoindre le reste de l’équipage dans la pirogue. Contournement d’une bouée de dégagement « Nouch Nord », puis navigation plein ouest jusqu'à une bouée à coté d’un voilier à une distance de 6 milles nautiques de la cote, pour navigation face à la houle, retour sur la bouée « Nouch Nord » pour navigation au surf, contournement de la bouée « Nouch sud » et de nouveau navigation plein Ouest sur une deuxième bouée à coté d’un autre voilier, puis retour vers la Baie de Cayola avec un nouveau voilier au mouillage pour une arrivée aux Sables d’Olonne.

Nombre d’embarcations engagées : 19 , Nombre de Compétiteurs : 170
19 équipes dont 3 Tahitiennes et 3 Brésiliennes
200 bénévoles au moins à l’organisation.

Comité de Compétition
Lors de la troisième manche, alors que la demande du port du gilet d’aide à la flottabilité avait été rappelé à la fois en Français et en Anglais, lors du briefing de la veille, l’équipage brésilien de Va’a Rio a retiré ses gilets, pour quatre d’entre eux, pendant la course, alors que le parcours allait à 6 milles au large. La sécurité leur a demandé de remettre les gilets, ce qui a été fait mais une pénalité de 10 minutes a été infligée à l’équipage.

EVALUATION DE LA MANIFESTATION :
Je voudrais féliciter l’organisation de cette manifestation, pour avoir su nous proposer des parcours côtiers variés (premier au sud, deuxième au nord avec le contournement des Barges et le troisième à partir au large perpendiculaire à la houle avec deux allers et retours pour avoir des moments de surf ou de vague de face et assister à des luttes

« Mano à Mano » très intéressantes entre les équipages. Les vents ont été réguliers pendant ces marées de vives-eaux et la météorologie a été très clémente.

Lors du contrôle des bateaux, on remarque encore que certaines pirogues ne sont toujours pas équipées de mousse à la fois dans les caissons "étanches" et dans le flotteur (Ama), et que la demande d’avoir un volume supplémentaire de flottabilité n’est pas respectée notamment dans les pirogues neuves. Cela rend difficile les interventions lorsque l'eau remplit l'un de ces compartiments, en particulier le flotteur. Sur les 19 pirogues, 15 étaient au poids et quatre d’entre elles ont dû rajouter du lest. En plus des écopes et du seau pour l’assèchement du bateau, des pirogues étaient équipées de Vide-vite, d’autres avec des pompes électriques.

Toutes les pirogues étaient équipées d’une balise GPS par l’organisateur, permettant de suivre par Internet, les positions individuelles de chaque embarcation.

Le plan sécurité était composé d’un bateau accompagnateur par pirogue avec en plus, des zodiacs d’intervention rapide arborant une grande flamme orange « Sécurité ». Le bateau du Juge Arbitre arborait un pavillon « FFCK ». Six voiliers ont complété le plan sécurité, en plus du bateau Direction de Course, pour assurer la couverture VHF en cas de forte mer, avec la présence d’une antenne en tête de mat, couvrant une plus grande zone qu’une VHF portable. Cette année, malgré de conditions très favorables, le bateau Juge Arbitre a utilisé en relai, ces voiliers pour contacter la Direction de course. Des bateaux « VIP et Presse » accompagnaient le dispositif.

La troisième manche a entrainé un dessalage dans les vagues de départ mais la pirogue a été remise rapidement en ordre de course et a même gagné la manche. L’organisateur avait imposé, le mercredi, un dessalage de sécurité pour tous les équipages, en mer, devant la plage.

Il a été imposé que les compétiteurs portent une combinaison isothermique. Une solution type « Long John » semble la plus appropriée. Le problème numéro un dans les courses de longues distances en mer reste l’hypothermie.


Dans la soirée du mercredi, il y a eu tout d’abord, un briefing avec tous les pilotes des bateaux à moteurs d’accompagnement de course (70 personnes) pendant que les équipes défilaient dans les rues des Sables d’Olonne accompagnées de danseurs tahitiens. A la suite, un briefing des équipages a été effectué et a été clôturé par un repas dans la grande salle des Atlantes pour les équipages et les bénévoles. L’ensemble des hébergements a été assuré au sein d’un camping avec une location de Mobil Home et les deux repas du jeudi et vendredi soir dans la salle de ce camping. Un barnum avait été installé pour assuré les massages d’une école de kiné nantaise, moment très apprécié par les compétiteurs. La remise des prix a été proclamée le samedi dans l’auditorium devant plus de 800 personnes avec des images des courses sur grand écran, la montée de tous les équipages sur l’estrade et les récompenses. La remise des prix s’est faite en présence des élus locaux dont M. Didier GALLOT, Maire des Sables d’Olonne. Plusieurs récompenses ont été remises comme le trophée de la combativité, le trophée de la Ville des Sables d’Olonne calculé au passage d’une première bouée après le départ, le prix des premiers équipages et le prix d’Air Tahiti Nui pour le premier équipage métropolitain (billet du voyage de 9 équipiers pour l’HAWAIKI NUI). Enfin une soirée dans laquelle, organisateurs, bénévoles et compétiteurs se sont retrouvés dans la Salle des Atlantes pour un repas et une soirée dansante. Il est à noter la présence du Président fédéral, Jean ZOUNGRANA, pour les deux premiers jours de la Compétition, ce qui lui a permis de rencontrer Jean CHICOU, Président du Comité d’Organisation du Championnat du Monde de Va’a à Tahiti qui avait fait le déplacement.

ANALYSES DU JUGE ARBITRE
Cette compétition a été retenue comme manche de la Coupe de France Longues Distances Va’a. Il serait intéressant de réunir tous les organisateurs ce ces différentes manches de Coupe de France, pour échanger sur ces organisations (partage d’expériences), de clarifier quelques règles communes à ce classement et pour définir les catégories à ces compétitions. Il s’agit d’une formation comme cela peut se faire dans d’autres disciplines.

L’organisation a équipé chaque pirogue d’une balise repérable par satellite, permettant à tous de suivre sur Internet, les vitesses et les routes de chaque pirogue. Ceci reste une bonne solution pour permettre un suivi à terre de la course et un outil de sécurité.
La proposition que tous les bateaux suiveurs restent derrière la dernière pirogue dans la première demi-heure de chaque manche, est une réussite pour éviter les vagues des bateaux à moteur, surtout lorsque les équipes sont encore rapprochées. La lisibilité à terre est plus intéressante.
Le voilier du Directeur de course a pu communiquer avec tous les autres bateaux sur la course et la présence d’un pavillon sur tous les bateaux accompagnateurs est une bonne chose.

Le projet d’un éventuel Championnat du Monde en 2021 doit être affiné pour avoir une estimation sur le nombre d’équipes pouvant participer à ce type de compétition. Le premier Championnat du Monde aura lieu en juin 2017 sur Tahiti. Les embarcations doivent être fournies par l’organisateur. Qui dit Championnat du Monde, dit normalement sélection d’équipe, selon quels critères ? Quels seront les pays sélectionnés ?
En cas d’inscriptions libres, peut-on limiter le nombre d’équipage ? Dans quelles conditions ? Peut-on passer par des courses de sélection et faire une finale A et une finale B ?
Ceci nécessite aussi de trouver des contacts avec d’autres pays européens, des équipes d’autres continents au niveau de l’EAC, de la FIV, pour donner un véritable caractère international à une telle manifestation.
Je reconnais que l’organisation est au point pour accueillir une manifestation de 15 à 25 équipes mais les budgets de construction de pirogues identiques restent posés.

CONCLUSION
Bravo pour cette organisation de très grande qualité et un coup de chapeau à toute l’équipe de bénévoles (plus de deux cent personnes) pour la réussite de cette manifestation. Tous les aspects sont réussis aussi bien la communication, les animations en parallèle de la manifestation (le marché tahitien des Sables d’Olonne) que les aspects restauration, hébergement et le coté sportif. La sécurité est vraiment au point.

Toutes mes félicitations à Denys REMY, le Président de l’association organisatrice SAPOVAYE, membre conventionné de la FFCK, pour cette compétition et pour la promotion du Va’a en métropole. Bravo aussi à Philippe VALLEE le responsable de course, pour l’organisation des manches et la qualité des parcours.

Bravo à la Ville des Sables d’Olonne pour cette très belle manifestation.

Mes félicitations aussi aux compétiteurs qui font réellement progresser la discipline.


Nom et Signature du Juge Arbitre : Emmanuel GIRARD